Comment traiter la douleur à la mâchoire?

Particulièrement gênante et lancinante, une douleur à la mâchoire est souvent provoquée par un problème d'articulation temporomandibulaire (PTM), l'une des articulations les plus complexes du corps humain. Au-delà de la mâchoire, ce problème peut aussi entraîner de la douleur au visage, à la tête, aux oreilles, au cou, à la nuque et aux épaules.

Comment le PTM peut-il provoquer une douleur à la mâchoire? Quels sont les causes et les symptômes de ce problème? Quelles sont les options dont nous disposons pour le traiter? C'est à ces questions que nous tenterons de répondre dans cette rubrique.

La douleur à la mâchoire, qu'en est-il au juste?


mal-machoire

L’articulation temporomandibulaire est désignée comme étant l’articulation située de chaque côté du visage, immédiatement devant les oreilles (méat auditif). Ces articulations relient la mâchoire inférieure (mandibule, un os qui a l'aspect d'un fer à cheval) à l’os temporal (os du crâne). Elles jouent un rôle semblable à celui des pentures, pivotant et glissant d’avant en arrière et de gauche à droite. En association avec d’autres muscles et ligaments, elles permettent de mâcher, d’avaler, de parler et de bâiller. Entre ces deux parties de l’articulation temporomandibulaire se trouve le ménisque, un petit disque articulaire qui empêche le frottement des os entre eux grâce à la présence d’une pellicule cartilagineuse.

Les causes de la douleur


Les gens âgés entre 20 et 50 ans sont plus susceptibles de souffrir d'un problème lié à une articulation temporomandibulaire. De plus, les femmes sont touchées par ce problème dans une plus forte proportion. Dans la plupart des cas, les troubles de douleur à la mâchoire résultent de multiples facteurs tels que :

  • les problèmes et traitements dentaires : prothèses complètes ou partielles mal ajustées, déplacement des dents faisant suite à la perte ou à l’extraction d’une ou de plusieurs dents, obturations trop hautes, ponts ou couronnes mal posés, malocclusion advenant le cas où les dents ou les mâchoires ne sont pas adéquatement alignées.
  • les mauvaises habitudes : se ronger les ongles, se coucher sur le ventre, mordiller les crayons, mâcher de la gomme, mordre dans des aliments durs.
  • des désordres psychologiques : fortes doses de stress, chocs psychologiques ou émotionnels, situation d'énervement important.
  • le serrement et le grincement des dents, autrement appelé bruxisme.
  • la crispation de la mâchoire due à des contractions à répétition des muscles masticateurs entraînant une tension excessive.
  • une dette de sommeil, l’exposition au froid, au vent ou à l’humidité.
  • les accidents : coup du lapin lors d’un accident routier, un coup à la mâchoire ou au visage, une chute sur la mâchoire, une fracture de la mâchoire, un coup de poing sur le menton.
  • les anomalies congénitales, les maladies inflammatoires, les maladies dégénératives, les atteintes musculaires.
  • les lésions au niveau des ménisques.
  • divers traumatismes au niveau des dents, des os et des muscles du visage.
  • des problèmes de ventilation nasale.
  • une dysfonction cervicale supérieure qui entraîne une arthrose prématurée ainsi qu'un déséquilibre des muscles masticateurs.

Quels sont les symptômes?


Les troubles en lien avec la douleur à la mâchoire peuvent surgir sous forme de sensibilité pendant les mouvements de la mâchoire ou même au repos, sensibilité qui s'apparente au mal d'oreille. La douleur peut survenir et s'éclipser à intervalles plus ou moins réguliers, ou encore se manifester au réveil le matin ou à la suite d’une période de stress plus ou moins prolongée. Ces anomalies peuvent s'accompagner :

  • de problèmes de rigidité lors de l’ouverture de la bouche.
  • de divers maux lancinants situés sur les deux côtés de la figure ou seulement sur un seul : à la tête, à l’intérieur ou autour de l’oreille (causant un mal d'oreille douloureux), à l’articulation de la mâchoire, aux muscles de la mâchoire, aux tempes.
  • de douleurs pouvant irradier vers d’autres parties du corps comme le visage, le cou, la nuque ou encore les épaules.
  • de bruits articulaires (mâchoire qui craque, cliquetis, grincements) lors de l'ouverture de la bouche, pendant la mastication des aliments ou le bâillement.
  • de troubles auditifs.

Le traitement de la douleur à la mâchoire


traitement-douleur-machoire

La plupart des problèmes en lien avec la douleur à la mâchoire se résorbent à l'aide de soins conventionnels tels que le repos, l'application de compresses chaude ou froide, la prescription d'anti-inflammatoires, d'antidouleur et de relaxants musculaires ainsi que les médicaments en vente libre comme l'ibuprofène.

Le magnésium​

Une carence en magnésium peut également être la source d'une douleur à la mâchoire (la mâchoire qui craque notamment). Les produits alimentaires riches en magnésium (épinards, amandes, haricots noirs, figues, bananes,...) et les compléments peuvent induire la détente musculaire au niveau de la mâchoire. Les aliments gorgés d'oméga-3 offrent le même coup de pouce.

La diète liquide​

Il est recommandé aux patients d'éviter la consommation d'aliments durs, collants ou difficiles à mâcher. Se limiter à de la nourriture liquide ou peu solide pendant quelques jours peut aussi contribuer à soulager la douleur à la mâchoire puisqu'elle diminue considérablement l'effort fourni par les structures articulaires.

Le massage​

Un massage délicat de la mâchoire et des tempes réalisé par mouvements circulaires favorise le relâchement musculaire et aide donc à diminuer la douleur. Un massage d'une trentaine de secondes, toutes les quatre à six heures est hautement bénéfique.

Si le douleur persiste, un plan de traitement peut être établi et inclure des techniques de relaxation, différentes méthodes pour améliorer le sommeil afin qu'il devienne ou redevienne réparateur et même le recours à des thérapeutes (physiothérapeute, chiropraticien, thérapeute du comportement) afin de soulager les douleurs musculaires du patient. Le dentiste peut aussi lui recommander le port durant la nuit d'une plaque occlusale qui facilite la détente des articulations et des muscles de la mâchoire.

Si la douleur s'accroche encore ou que la douleur s'intensifie, le dentiste peut suggérer au patient de faire appel à un orthodontiste, un parodontiste, un prosthodontiste, un spécialiste en médecine buccale ou en douleur buccofaciale ou d'un chirurgien buccal, bien que la chirurgie soit rarement nécessaire dans le traitement de la douleur à la mâchoire.

Enfin, lorsque la douleur à la mâchoire prend sa source dans la gestion mal assurée du stress, plusieurs formules sont possibles comme le yoga, la relaxation, la méditation ou toute activité invitant à la détente.​

Conclusion


Comme nous venons de le voir, les articulations temporomandibulaires jouent un rôle central dans des fonctions essentielles qui interviennent lors de l'ouverture et la fermeture de la bouche, soit l'élocution, la mastication, la déglutition et le bâillement même.

La douleur à la mâchoire peut venir de bon nombre de structures anatomiques distinctes comme les muscles, les ligaments, les os, les nerfs. Outre les facteurs physiologiques, les facteurs psychologiques - avec le stress en tête de liste - doivent aussi être pris en compte. L'élaboration d'un bon diagnostic, suite à une consultation et un examen exhaustifs, est par conséquent l'élément clé afin d'obtenir les soins les plus appropriés en vue d'éradiquer le problème durablement.​

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: